Outils de gestion de projet

Ces dernières années nous assistons à une explosion de l’outillage en matière de gestion de projet de développement. Que ce soit en terme d’outils techniques (intégration continue par exemple) ou d’outils collaboratifs de gestion de projet. On assiste même à une normalisation du cycle de vie d’un projet avec le principe d’ALM (Application Lifecycle Management).

Il est difficile d’établir un comparatif exhaustif étant donné la quantité d’outils sur le marché, je n’ai donc pas creusé les outils de type client lourd ainsi que les outils « hors de prix » qui riment souvent avec lourdeur d’utilisation. Ce comparatif intéressera donc principalement les projets à taille humaine nécessitant un outil relativement facile à mettre en place, et à utiliser.

Les besoins

  • D’un projet à un autre nos besoins différent peu, nous avons besoin :
  • D’organiser le travail par un découpage en exigences puis tâches
  • De planifier le travail dans le temps
  • De suivre l’avancement des développements
  • De dessiner un beau graphique d’avancement du projet pour le client
  • De tracer les demandes de changement et évaluer leurs impacts
  • D’organiser et dérouler les plans de test
  • De suivre les anomalies
  • De partager les informations clefs du projet (calendrier, annuaire, raccourcis vers les différents environnements, consignes,…)

ALM (Application Lifecycle Management)

Définition

« Désigne l’ensemble des disciplines qui conduisent à l’aboutissement d’une application : gestion des exigences, modélisation, développement, tests, gestion de configuration, gestion du changement. Plus qu’une simple collection d’outils, la gestion du cycle de vie orchestre les différents processus du développement. Dans une vision étendue à l’entreprise, l’ALM prend en compte les gestions du portefeuille de projets, de l’assurance qualité et de la performance des applications. »

Voici le résultat plutôt instructif sur le retard de la France en terme d’adoption du principe d’ALM :

Etes vous familier avec la gestion du cycle de vie des applications ?

Enquête ALM

Enquête menée en mars 2008 sur 1 017 entreprises.

Les outils ALM

Etant donné la quantité de fonctionnalités à couvrir lorsque qu’on s’attaque à l’ALM dans son ensemble, il est difficile d’éviter les grands éditeurs tels que IBM, Borland ou SERENA. Il existe cependant quelques alternatives « raisonnables » en termes de coût.

Team Foundation Server (Microsoft)

Team Foundation Server (TFS) est un outil ALM qui jouit d’une bonne réputation. La gestion des exigences ne semble cependant pas être sa force.
Il peut donc être complété par un outil spécialisé tel que Caliber de Borland.


Pour TFS, il faut compter environ 8 000 € pour une équipe de 10 personnes sur 1 an.

Polarion ALM

Polarion ALM est un outil Open Source payant. En tant qu’outil ALM, il couvre par définition l’ensemble du cycle de vie du projet soit l’ensemble des besoins cités plus haut. Le côté « tout en un » est séduisant, limitant ainsi les coûts de mise en oeuvre et de maintenance. Programmé en J2EE, il peut être personnalisé par un bon développeur au besoin. Mais est ce vraiment nécessaire tellement cet outil semble complet et flexible ? Il repose essentiellement sur le gestionnaire de version SVN aussi bien pour le code source que pour les exigences (sauf erreur de ma part). Il propose également un accompagnement CMMI sous forme d’indicateurs.

Polarion a sorti une version Track+Wiki à moins de 700$ pour 10 licences nominatives. Sachant qu’à cela on peut éventuellement ajouter une licence Enterprise pour un chef de projet par exemple, histoire de bénéficier de l’ensemble des fonctionnalités (reporting, planning,suivi d’activité,…) pour 2 000 € de plus. Pour des licences flottantes évidement les prix montent (par exemple, on passe de 2 000 à 5 000 € pour une licence Enterprise).

Qui dit « outil ALM » dit « écran chargé » mais il parait que ça ne doit pas faire peur.

Les outils Agiles

L’agilité apporte une bonne contribution à l’outillage. L’un des atouts majeurs des outils agiles du marché consiste en un accompagnement méthodologique. Car chacun sait qu’un outil ne suffit pas à garantir la réussite d’un projet. L’autre avantage que peut présenter le choix d’un outil Agile et la légèreté native (simple et intuitif) de ce dernier, je rappelle que l’une des valeurs Agile est « Personnes et interaction plutôt que processus et outils ».

Pour ceux qui souhaitent faire des économies au risque de faire des concessions sur les conditions de support en cas de problème, il existe quelques logiciels pas mal du tout comme IceScrum.

ScrumWorks

Danube propose deux versions de ScrumWorks, une version limitée appelée Basic et une version complète payante appelée Pro. Pour la version payante pour une équipe de 10 personnes sur un an, il faut compter 2 050 €. A ce prix là, j’ai presque envie de dire : « pourquoi s’en priver ? » mais tout dépend du coût du projet bien évidemment. ScrumWorks ne couvre cependant pas les besoins suivants : organisation et déroulement des plans de test, suivi des anomalies, wiki (centralisation des informations du projet).

Rally

Rally est une offre assez séduisante sur le papier (à vérifier à l’usage). Il se présente sous forme de SAAS, autrement dit aucun coût d’infrastructure n’est nécessaire puisque vous n’hébergez pas l’outil chez vous ou chez votre client. Rally s’engage bien sûr à garantir performance et confidentialité. Si nécessaire, il peut cependant être vendu dans sa version d’installation sur site, les tarifs diffèrent sans doute dans ce cas de figure. En offre SAAS, il faut compter environ 2 500 € pour une équipe de 10 personnes pour un an. La licence se paye au mois, ce qui offre une grande souplesse en cas de turn over d’équipe.

La couverture en terme de fonctionnalités est trés large et les possibilités d’intégration avec d’autres outils sont relativement nombreuses (Gestionnaires de version, de plan de test, outils d’intégration continue,…). Une version Community gratuite mais limitée permet de se faire une bonne idée de l’outil.

Un autre avantage avec Rally est l’accompagnement méthodologique Agile. Rally est particulièrement actif dans la communautés Agile : livres blancs, séminaires, articles, etc.

Mingle

Je n’ai pas encore creusé Mingle, il semble plus intuitif que Scrumworks pour un prix également plus élevé.

JIRA + GreenHopper

Une solution assez intéressante également consiste à associer JIRA à son plugin GreenHopper (Plugin de gestion de projet Agile).
Cette solution est intéressante dans la mesure où – pour une entreprise – il n’y a pas de limite d’utilisateurs en terme de licence. Elle peut donc présenter un coût élevé à l’achat mais pour un nombre d’utilisateurs illimité ainsi qu’une utilisation illimitée dans le temps. Il faut compter environ 5 000 €. JIRA sait gérer plusieurs projets à la fois. Les tarifs descendent vite dans les versions plus limitées jusqu’à la gratuité pour les communautés Open Source en passant par la moitié prix pour les établissements d’enseignement.

Pour en savoir plus

A propos de l’auteur

Expert en gestion de projet et management d'équipe. Florent fait parti des pionniers de l'usage des méthodes agiles sur des projets à forts enjeux en France.